(D')étonnante fragilité?


Et oui, la fragilité n'est pas synonyme de faiblesse


"Il n'est pas bon d'être fragile dans notre monde, car la fragilité est confondue avec la faiblesse. Aussi nous nous protégeons, dès qu'elle transparaît, sous un masque, comme une seconde peau. Nous nous défendons d'être fragiles et, au détriment de notre sensibilité, nous nous suradaptons.


Et si nous partions à la découverte de notre fragilité originelle? Faut-il attendre de souffrir pour prendre conscience que nous sommes des êtres extraordinaires, doués de vulnérabilité?


Saisissons cette clé du vivant?

Sensibilité qui nous émeut chez le petit enfant, chez l'artiste, chez ceux que nous admirons, la fragilité permet l'empathie et nous ouvre à tous les possibles. C'est en nous mettant à son écoute, sans plus la nier, que nous puiserons en nous les meilleures, les plus authentiques de nos forces."


Lire "Étonnante fragilité" de Virginie Megglé


Je fais part ici de ma découverte de - "Étonnante fragilité" - de Virginie Megglé, psychanalyste et auteure; quand j'ai eu fini la lecture de cet ouvrage, l'impression suivante m'est restée: "détonante fragilité". De celles qui explosent bruyamment à l'intérieur de soi et transcendent en silence.

Extrait du livre :

" Vous l'aurez compris, nous sommes tous, ou avons été, des enfants en souffrance, à divers degrés. Nos souffrances livrées à l'indifférence produisent, en se multipliant, une souffrance sociale qui accentue - à tout âge - notre enfantine souffrance, par la pression qu'elle exerce en retour ".


Merci à la personne qui m'a conseillé le livre.