Burn-out & HP : pourquoi ça matche ?


Nos vies trépidantes peuvent mener jusqu’au burn-out. Les profils atypiques y sont particulièrement sensibles. Et si on appuyait sur « pause » ?


Jusqu’à l’épuisement


L’être humain veut optimiser le temps passé sur Terre. Alors il en fait beaucoup, parfois trop ! Le sentiment de ne plus parvenir à gérer sa vie peut entraîner dans son sillage une grande fatigue et une humeur maussade. Ce trop-plein peut conduire jusqu’à l’épuisement physique et émotionnel. S’il a souvent été décrit dans le milieu professionnel, le burn-out atteint aujourd’hui la sphère privée et familiale.


Haut potentiel : terrain favorable au surmenage

Les personnes à haut potentiel sont plus touchées par l’épuisement professionnel ou parental. C’est d’autant plus vrai lorsque la personne est entourée d’autres zèbres, d’enfants dys ou TDA/H. La sur-adaptation, la curiosité insatiable et l'hyper-empathie qui les caractérisent, doublées d’une confiance en soi fragile et d’une difficulté à gérer ses émotions, augmentent les risques de burn-out chez les zèbres.


Prendre du temps pour soi

Les personnes en situation de burn-out dépensent beaucoup d’énergie pour dissimuler leur mal-être, à elles-mêmes d’abord, mais aussi à leur entourage. Elles se laissent gagner par l’impression que mettre le doigt sur le problème ne fera que l’amplifier, et que ce qu’il reste de leur petit monde va s’écrouler définitivement. Entamer un travail sur soi peut être perçu comme une étape difficile à entreprendre. Cette étape peut aussi être le début du chemin vers un changement durable et apaisant.