ZEBRES, HAUTS-POTENTIELS, TDAH, ASPERGERS

BURN OUT

burn out professionnel parental scolaire

Burn-out & HP : pourquoi ça matche ?

Forts et vulnérables à la fois, les adultes et ados à haut potentiel, zèbres, HPI, multi-potentiels, surdoués, TDAH, sont particulièrement exposés au burn-out. Des sens hyper affûtés, une pensée rapide et en arborescence ; ces bolides qui se retrouvent sans carburant... ou qui s'ennuient (bore-out) !

Nos vies trépidantes peuvent mener au burn-out. Les profils atypiques y sont particulièrement sensibles. Et si on appuyait sur « pause » ?

L’être humain veut optimiser le temps passé sur Terre. Alors il en fait beaucoup, parfois trop ! Le sentiment de ne plus parvenir à gérer sa vie peut entraîner dans son sillage une grande fatigue et une humeur maussade. Ce trop-plein conduit parfois à l’épuisement physique et émotionnel. S’il a souvent été décrit dans le milieu professionnel, le burn-out atteint aujourd’hui la sphère privée et familiale.

Haut potentiel : terrain favorable au surmenage

Les personnes à haut potentiel sont plus touchées par l’épuisement personnel ou parental. C’est d’autant plus vrai lorsque la personne est entourée d’autres zèbres, d’enfants dys ou TDA/H. La sur-adaptation, la curiosité insatiable et l'hyper-empathie qui les caractérisent, doublées d’une confiance en soi fragile et d’une difficulté à décrypter leurs émotions, augmentent les risques de burn-out chez les zèbres.

Hauts-potentiels de doutes, dans la sphère professionnelle, ces profils atypiques ne sont pas, comme certains le prétendent, non "manageables": ils ont une grande capacité de remise en question, d'eux-mêmes et des méthodes de travail, ce qui représente une véritable ressource en entreprise. Quand celle-ci veut bien tendre l'oreille. Pour exprimer pleinement leur potentiel, ils ont besoin d'une communication efficace, de feedbacks constructifs et de liberté d'action dans un cadre clairement défini. Ce qui, en soi, n'est pas vraiment original et encore moins dérangeant. Ils seront particulièrement inadaptés et malheureux dans des organisations où la promotion par l'incompétence est la règle : on évoque pour définir celles-ci le terme de "kakistocratie", du grec kakistos (le pire) et kratos (le pouvoir). En somme, nier leurs qualités individuelles sera vécu comme un manque d'efficience du management, qu'il subissent alors, entrainant un sentiment profond de vacuité (vide moral, intellectuel) des missions attribuées et de manière plus étendue, de leur utilité au sein de l'entreprise. Ceci n'a donc rien à voir avec une quelconque forme d'arrogance, d'incompétence, ni même d'incapacité à s'adapter. Ils ne sont pas forcément les trublions qu'on imagine non plus, puisqu'ils se sur-adaptent, beaucoup, parfois trop, au point de s'épuiser totalement.

 

 

 

Prendre du temps pour soi

Les personnes en situation de burn-out dépensent beaucoup d’énergie pour dissimuler leur mal-être, à elles-mêmes d’abord, mais aussi à leur entourage. Elles se laissent gagner par l’impression que mettre le doigt sur le problème ne fera que l’amplifier, et que ce qu’il reste de leur petit monde va s’écrouler définitivement. Entamer un travail sur soi peut être perçu comme une étape difficile à entreprendre. Cette étape peut aussi être le début du chemin vers un changement durable et apaisant.

Accompagner ce changement consiste d'abord en un travail d'acceptation qu'il est un processus permanent à l'extérieur comme à l'intérieur de soi. Je propose en séance des outils de modélisation du changement issus de la PNL (programmation neurolinguistique) notamment. Ils permettent de mieux identifier et comprendre ce que vous vivez dans vos transitions de vies personnelles et professionnelles. Et ainsi vous aider à faire les meilleurs choix pour répondre à vos projets, accompagner les émotions présentes dans cette dynamique de changement et, enfin, poser les actions à mettre en place tout en respectant votre écologie personnelle

Retrouver toutes les thématiques associées :